Fil d'arianne

bil

Les Couleurs de Bilo

Bilo est un petit panda qui vit dans un monde en noir et blanc. Il fait du judo, joue du piano. Tikki son ami, l’invite à son anniversaire. Mais quel cadeau va-t-il lui offrir ? Il rencontre un bel oiseau multicolore et décide de peindre un tableau. Du rouge, du bleu, du vert… Bilo réalise une véritable œuvre d’art. Mais un malencontreux accident arrive. Que va-t-il se passer ? Bilo va-t-il pouvoir offrir son cadeau ? Vous le découvrirez en lisant cet album éducatif, touchant et très coloré. Les enfants sont captivés par l’histoire et attendris par la mésaventure de Bilo. Grâce aux jeux de répétitions dans le texte, ils peuvent participer à la lecture. Les couleurs de Bilo sont un véritable coup de cœur à partager!

 

loupp

Voilà le loup ! /Guillaume Olive, ill. de Zhihong He

Ed. Chan-Ok

L’histoire se déroule dans la Chine ancestrale, dans un petit village isolé. Avant que Yang, petit berger, ne parte faire paître ses moutons, ses parents le mettent en garde contre la présence d’un loup qui rôde dans les parages. Tu n’as qu’à crier « au loup » les villageois viendront à ton secours.

Allongé sur l’herbe, alors que son troupeau broute tranquillement, Yang, a soudain une idée :

Voilà le loup ! Voilà le loup ! Crie t-il

Est-ce que les villageois viendront vraiment à mon secours se demande t-il ?

Alertés par les cris du garçon, les fermiers, les laboureurs arrivent avec des fourches, des bâtons…

Le garçon éclate de rire : c’est une farce, je vous ai bien eus !
Le lendemain, Yang a encore envie de recommencer…

Cette fois, les laboureurs et les fermiers rentrèrent très en colère au village.

Le jour suivant, quand Yang vit apparaître le loup affamé, il avait beau crier : Voilà le loup ! Voilà le loup !

Personne ne s’est déplacé pour lui porter secours.

Le loup dévora son troupeau.

Ce conte traditionnel chinois ressemble étrangement au titre d’un album paru pour la première fois en 1985 (toujours disponible) écrit par Jeanne Willis et illustré par Tony Ross. Sauf, que ce dernier est tiré des Fables d’Esope.Voilà un exemple de l’universalité des contes.

aul